Jour 16

Financer mon rêve : Comment trouver les fonds pour ma start-up?

Les différents types de financement
    Add a header to begin generating the table of contents
    Scroll to Top

    Financer ma start-up avec l’argent de parents et amis ; une bonne idée?

    Bien que la première source de financement de l’entrepreneur soit généralement ses propres fonds, l’argent des parents et amis est souvent le premier recours en cas de besoin. En effet on désigne ce type de fonds comme étant du « love money ». On qualifie ce type d’investissement de « capital patient », c’est-à-dire que bien qu’il soit parfois soumis à des modalités de remboursement précises, il pardonne davantage qu’un prêt d’une institution bancaire ou autres sources diverses. Toutefois, est-ce toujours une bonne idée d’emprunter de l’argent des parents et amis?

     

    Bien sûr, il y a toute la question émotive quant à l’égo, le stress de réussir, l’ingérence de certaines personnes dans votre fonctionnement, etc. Au-delà de ces considérations initiales, il est primordial de mettre les termes du prêt au clair bien avant de l’obtenir. Par exemple, quel sera le terme de ce prêt ? S’agit-il uniquement d’un prêt d’argent ou le membre de votre famille ou ami cherchera-t-il à devenir un actionnaire au sein de votre future entreprise ? Sachez qu’il n’y a rien de plus complexes en affaires que les relations interpersonnelles, particulièrement avec les proches et amis. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il est nécessaire de séparer vos sentiments de votre relation d’affaires, car le tout peut s’envenimer rapidement.

    Voici quelques trucs pour bien gérer ce genre de situation :

    1. Présentez votre plan d’affaires à vos proches et amis avant de leur demander de l’argent. Cela aura pour effet de démontrer le sérieux de votre démarche.
    2. Si l’on vous offre de l’aide financière, réfléchissez au montant dont vous avez véritablement besoin et montrez à votre investisseur que vous intégrez le remboursement de ce prêt dans votre modèle financier. Si une personne désire obtenir des parts de votre entreprise en échange de sa mise de fonds, prenez le temps d’y réfléchir.
    3. Assurez-vous d’être très transparent quant aux finances de votre entreprise. Ne mentez jamais sur vos difficultés et tâchez de toujours respecter vos échéances de paiement.
    4. Signez un document clair quant aux termes et modalités de paiement et assurez-vous d’en avoir une copie.
    5. N’oubliez pas de dire MERCI!

    Demander un prêt à la banque pour mon entreprise, comment ça fonctionne?

    Pendant très longtemps, les banques ont été les premières sources de financement pour les entreprises. Bien que le monde ait beaucoup changé, il est encore naturel de se présenter à la banque pour obtenir un prêt ou une marge de crédit.

    Nombreuses sont les histoires, voire même légendes urbaines concernant le financement des start-ups par les institutions financières. Dans ce troisième article, je tenterai donc de tempérer vos attentes et de vous donner l’heure juste.

    1. Les banques aiment mieux financer les projets avec quelques années derrière la ceinture.

     Vrai. Il faut comprendre que ce n’est pas un reflet de la qualité de votre projet en démarrage, mais bien un calcul du risque qui se fait par rapport à l’entreprise. En effet, une start-up demande un capital de démarrage élevé et ne présente que des projections, sans données tangibles. Les institutions bancaires, dans leurs protocoles de risque chercheront davantage à financer une entreprise qui a « déjà fait ses preuves » et donc qui a environ deux ans d’existence.

    1. Les banques ne financent jamais les start-ups.

    Faux. Bien qu’il soit plus facile d’obtenir du financement après 24 mois, une institution bancaire peut décider de financer une entreprise en démarrage qui a un bon plan d’affaires ainsi qu’un modèle financier fiable. Il est vrai que certains secteurs ont plus de difficulté à recevoir du financement, mais il est quand même possible d’en recevoir une partie de la banque afin de compléter votre stratégie de financement. Par ailleurs, les banques peuvent souvent offrir du financement lorsque l’individu a du collatéral à offrir, c’est-à-dire des biens avec une certaine valeur qui servent à sécuriser votre prêt. Il est certain qu’une jeune entrepreneure n’a pas nécessairement un condo et une tonne de biens à mettre en collatéral !  

    1. Il faut généralement avoir investi des fonds propres dans son entreprise pour obtenir du financement de la banque.

    Vrai. On considère des fonds « propres » comme de l’argent investi par parents et amis ou vous-mêmes.  Cela démontre que vous avez de l’équité dans votre entreprise et que vous alignez vos intérêts à ceux de vos créanciers. Il s’agit souvent d’un critère avant d’obtenir une marge, un prêt ou même pour appliquer à un programme gouvernemental.

    1. Les banques aiment souvent créer des « partenariats de financement » avec d’autres entités.

    Vrai. En effet, les banques aiment bien partager le risque avec d’autres prêteurs dont notamment le gouvernement au niveau de programmes comme celui pour le financement des petites entreprises. Plus souvent qu’autrement cela permet d’avoir une diversification au niveau du financement.

    En espérant que cet article vous éclaire un peu, je vous recommande fortement de vous asseoir avec votre banquier et de discuter de vos projets futurs !

    Anges financiers et VC, quelle est la différence ?

    Votre entreprise fort prometteuse a maintenant besoin de fonds additionnels. Il est peut-être venu le temps de rendre visites aux anges financiers ou au VC ? Mais qu’est-ce que c’est au juste ?

    Les anges financiers, comme les membres du groupe Anges Québec, représentent un investisseur individuel ou ensemble d’investisseurs privés qui sélectionnent, financent et accompagnent des entreprises en démarrage ou en expansion avec leur propre argent. Il est important de comprendre qu’afin d’intéresser des investisseurs de ce type, il faut être bien préparé. En effet, ces derniers aiment « coacher » les start-ups avec lesquelles ils travaillent, mais il est aussi judicieux de faire briller la compétence et l’expérience reconnue des membres d’une équipe. Il ne serait pas vrai de dire que les anges choisissent seulement des entrepreneurs expérimentés, mais il serait plus juste de dire que leur tolérance au risque est limitée. En effet, ces derniers entrevoient plutôt l’investissement comme un partenariat dans un projet innovateur, là est la clé! De plus, les anges font partie d’un réseau qui ouvre de nombreuses portes. Il est certain qu’ils s’attendent à de bons rendements, mais il ne s’agit pas nécessairement de leur priorité. Ils cherchent des entrepreneurs passionnés et dévoués.  Encore une fois, chaque ange est différent ; à vous de voir le type de relation d’affaires désiré !

     Un venture capitalist (VC ou capital-risque) est un investisseur qui peut prendre des actions ou encore prêter de l’argent à une jeune start-up. Leur intérêt dans la compagnie varie selon le stade de développement, mais règle générale, ces derniers sont rémunérés en grande partie par la plus-value qu’ils réalisent au moment de la revente de la cession de leurs actions ou de la vente de la compagnie. Contrairement aux anges, les VC sont généralement des institutions qui gèrent l’argent de clients-investisseurs et sont donc très cartésiens dans leur approche. Par conséquent, ils sont généralement prêts à faire de plus grands investissements, mais cherchent aussi, souvent, à avoir leur mot à dire quant à la gestion de l’entreprise. Bref, il s’agit d’une question de timing. En effet, si certaines plus-values sont importantes, les VC prennent le risque de ne pas pouvoir récupérer leur investissement dans le laps de temps souhaité et courent aussi la chance de perdre l’entièreté de leur investissement si la compagnie ne survit pas. Il n’est donc pas surprenant que ces derniers demandent généralement un retour sur investissement ou un taux d’intérêt plus élevé.

    Finalement, afin de décider de ce qui est mieux pour votre start-up, il faut évaluer le montant désiré, le type de relation entrepreneur-investisseur recherché, vos plans d’expansion et le nombre de rondes de financements désirées. Alors voilà de quoi réfléchir cette semaine !

    N’hésitez pas à consulter les sources suivantes afin de vous informer davantage :

    Scroll to Top